Saint Lawrence Black Sturgeon

Back to the archive >

In translation, French version online

  • Hai imparato qualcosa di nuovo da questa pagina?
    Did you learn something new from this page?

  • YesNo
Back to the archive >
L'esturgeon noir du Saint-Laurent est le plus grand poisson présent dans les eaux douces du Québec. Son habitat essentiel est le fleuve Saint Laurent qui donne accès à la mer. Il préfère les chenaux profonds et un estuaire où l’eau est chaude et salée ainsi que la région du plateau continental. C’est pour cela qu’on le trouve principalement le tronçon du Saint- Laurent, près de Montmagny jusqu’à la côte- est de l’Atlantique.

L’esturgeon noir possède un corps allongé et trapu de couleur brun foncé, son squelette interne est constitué de cartilage ; en moyenne, il mesure entre 1.4 m et 3 m et pèse entre 50 et 100 kg. Il est recouvert de cinq rangées de plaques osseuses qui constituent une armure de protection; l’esturgeon se distingue par son long museau légèrement retroussé et une bouche ventrale bordée de quatre barbillons charnus avec lesquels il se nourrit de crustacés, d’insectes et de mollusques en les siphonnant principalement en eau douce et en eau saumâtre. C’est un poisson migrateur et il parcourt en moyenne 11 km par jour.

La pêche artisanale de l’esturgeon noir du Saint- Laurent se pratique depuis le 17e siècle principalement dans le secteur de l’archipel de l’Isle- aux-Grues, entre Montmagny et Saint-Port-Joli. La pêche est pratiquée en eau peu profonde de début mai à juin et de mi- août à fin septembre et elle exige une bonne connaissance du fleuve, de la navigation, du comportement animal et des savoir- faire. La pêche s’effectue au filet maillant de même gabarit que ceux utilisés auparavant. Les pêcheurs montent eux-mêmes le filet maillant en installant une corde de plomb dans le bas du filet et une corde avec des petites bouées dans le haut qu’ils viennent tirer à bout de bras chaque matin. La région était appréciée pour l’abondance du poisson et elle représentait pour eux une activité de subsistance.

Pour pallier au manque de nourriture lorsque la pêche devenait impossible l’hiver, les Premières Nations / premières communautés autochtones pratiquaient le fumage ou le séchage de l’esturgeon noir. La technique de fumaison consiste à déshydrater les chairs du poisson en l’exposant à la fumée d’un feu de bois qui le protège des bactéries et des moisissures tout en permettant de garder sa valeur nutritive. Ellespratiquaient une fumaison à l’air libre, impliquant un temps de fumage plus long mais qui permettait de prolonger la durée de conservation du poisson tout en rehaussant son goût. Les Iroquois le faisaient sécher, fumer ou cuisinaient en ragout accompagné de courges, de haricots et de maïs.
On employait la gélatine extraite de la vessie gazeuse dans la fabrication du vin, de la bière, dans la confiture et les gelées comme imperméabilisant.

Les principales menaces qui affectent l’esturgeon noir sont la pêche commerciale, la dégradation et la perte de ses habitats. Pour cette raisons l’esturgeon noir est placé sur la liste des espèces susceptibles de disparaitre en Québec.

Other info

Categories

Fish, sea food and fish products

Nominated by:Esthère Bourgoin