Roscoff Pink Onion

Back to the archive >

Oignon Rosé de Roscoff

The pink Roscoff onion comes from the area of Finistère in Brittany, which includes the cities Roscoff, Saint Pol de Léon and Morlaix. This region is also known as “Ceinture Dorée” (golden belt): it is very well suited for growing early fruits and vegetables. The Roscoff onion is grown here, a round, pink and very flavorful onion variety.

The cultivation of the onion on the northern coast of Brittany has over 300 years of tradition. Roscoff onions are the result of selection practiced by many generations of farmers. According to some sources, the Roscoff onion was introduced to the area in 1647, when a capuchin monk brought seeds of this variety back from a pilgrimage in Portugal. The city of Roscoff evolved with maritime trade, based primarily on the import of Breton salt from the south of the area, and flax. Onions were an important part of the seaman’s diet, especially for avoiding scurvy, an illness coming from lack of vitamin C. Thanks to its organoleptic properties and the fact that it can be stored for a long time, Roscoff onions quickly spread to the neighboring villages and cities. It is at the base of many dishes, but especially used for preparing some traditional Breton meat specialties, thanks to its aromatic persistence.

At the beginning of the 20ieth century – as told in the volume concerned with Brittany of the collection “L’Inventaire du Patrimoine Culinaire de la France”, edited be the National Counsel of Culinary Arts in 1994 – the Roscoff onion had to face stiff competition on Parisian markets. For this reason, the diffusion of its commercialization was sparse: from the end of the nineteenth century, but mostly during the 1930ies, farmers sent some men to sell onions in the United Kingdom. They were called “Johnnies”, and travelled for 4 or 5 months through the cities and villages of England, often accompanied by their family, going from door to door.

The pink Roscoff onion, the seeds of which have been selected and exchanged for generations of farmers, are now slowly disappearing, because they are gradually being replaced by more modern and productive hybrid varieties. Despite the creation of a DOC in 1994, the onion is endangered by cross-breeding with hybrids, effected in order to promote characteristics that make it more apt for industrial production, such as changes in the dimensions and the productivity, but to the detriment of other characteristics and its specific organoleptic qualities.

  • Hai imparato qualcosa di nuovo da questa pagina?
    Did you learn something new from this page?

  • YesNo
Back to the archive >
L'oignon rosé de Roscoff est une variété locale du Finistère, autour des villes de Roscoff, Saint Pol de Léon et Morlaix. Cette région est connue comme la « Ceinture Dorée » notamment car c’est la première zone légumière de Bretagne, réputée pour entre autres pour cet oignon rond, rose et très parfumé.
La présence de l’oignon dans les cultures des côtes septentrionales bretonnes est attestée depuis plusieurs centaines d’années. L’oignon rosé de Roscoff est le résultat d’une sélection effectuée par de nombreuses générations de paysans et maraichers. Certaines sources racontent cependant que l'introduction de l'oignon de Roscoff dans cette région de la Bretagne aurait eu lieu en 1647, quand un moine capucin a apporté avec lui les graines de ce légume à son retour d'un pèlerinage au Portugal.
La ville de Roscoff au cours de cette période historique est liée au commerce maritime, basée principalement sur l'importation du sel Breton qui vient du sud de la région et sur le linge. Dans l'alimentation des marins les oignons sont un élément essentiel, en particulier pour prévenir le scorbut, ou le manque de vitamine C. Grace à ses propriétés organoleptiques et sa capacité à se maintenir pendant une longue période, l'oignon de Roscoff se propage rapidement les villes et les pays voisins. L’oignon rosé est utilisé comme ingrédient de base pour de nombreuses préparations, mais est principalement utilisé dans de nombreuses préparations traditionnelles bretonnes à base de viande, pour sa persistance aromatique.

Au début du XXème siècle, comme expliqué dans le volume dédié à la Bretagne de L’inventaire du patrimoine culinaire de la France élaboré par le Conseil national des arts culinaires (1994), l’oignon rosé de Roscoff est soumis à une forte concurrence sur le marché parisien, et son commerce donne lieu à des migrations importantes : Depuis la fin du 19ème siècle et surtout dans les années 1930, les agriculteurs envoyaient quelques hommes en Grande Bretagne pour vendre l’oignon en tresse, au porte-à-porte dans les villes et villages, pendant 4 à 5 mois de l’année. Appelés « Johnnies » (Petits jean) par les anglais, ces hommes apportaient souvent avec eux leur famille qui finissaient par s’installer pour la saison en Angleterre.

L’oignon rosé de Roscoff, produit à partir de semences locales sélectionnées et échangées entre petits producteurs, est aujourd’hui menacé, par la concurrence des variétés hybrides et moderne, plus productives. Mais elle est également menacée car, malgré l’attribution d’une AOC en 1994, la sélection de l’oignon se fait progressivement par croisement avec des hybrides et valorisant des critères adaptés au modèle industriel : calibre, productivité, qui amène la variété à perdre de ses qualités organoleptiques et de sa particularité.

Territory

StateFrance
Region

Bretagne

Other info

Categories

Vegetables and vegetable preserves

Nominated by:Giuseppe Trapani