Mérinos Précoce Sheep

Ark of taste
Back to the archive >

Race ovine Mérinos Précoce

The Mérinos Précoce breed comes from the Mérinos de Rambouillet breed, and it also originally comes from Ile-de-France. This is a large-sized rustic breed which adapts to all environments. Its reputation is to the fine quality of its wool. Often farmed in large herds kept outdoors, they are appreciated for their strong herding instinct, its good walking ability, its capacity to adapt to difficult climate conditions, the ability to breed out of season, its motherly qualities and the good milk production. The females produce offspring very soon; the lambs grow exceptionally well and have an interesting conformation. The sheep has a strong head, a domed forehead, a hidden orbital arch, a thick nose and lips. The rams may or may not have spiral shaped, rather closed horns. The breed is currently exploited in two ways: the lambs are either fattened at the sheep den and sold by producers’ groups, or they are sold as breeding animals. In the Rhône-Alpes region, the finished product is usually lamb that is already grazing, sold almost all year long, especially through a network of direct sales. These lambs are particularly appreciated for their ability to grow again after times of scarcity, but also because they never become too fat, even at times of abundance.
The lamb is usually promoted with the ""agneau de Sisteron"" red label.

The Mérinos Précoce breed risked to disappear entirely from France when the price of wool collapsed at the end of the 19th century. Today, the rams are mainly raised for their meat, sold in Europe. The decline of the breed started at the beginning of the 1930s: its supremacy was initially threatened by the introduction of more prolific breeds. After the Second World War, with the specialization of agriculture, the sector shifted towards the production of cereals. These drastically reduced the population of Mérinos Précoce sheep. In 1998, only one known farmer of this breed was left in France. In 2005 the Institut de l’Elevage carried out a survey of farms with pure or absorption crossing flocks. 16 sheep farms were identified and 15 owned ""pure breed"" females. Only 1600 pure breed sheep were left, and about 50 rams. Historically, the breed comes from Ile-de-France, Champagne, Châtillonnais and Soissonnais. Today, more than 60% of the sheep farms are in the Rhône-Alpes region. The others are quite scattered in the rest of the country.

Back to the archive >
La race Mérinos Précoce est issue de la race Mérinos de Rambouillet et originaire comme elle d'Ile-de-France. C'est une race rustique de grande taille qui s'adapte à tous les milieux, et la finesse de sa laine fait historiquement sa réputation. Souvent conduite en grands troupeaux en plein air intégral, on plébiscite aussi son instinct très grégaire, son aptitude à la marche, son adaptation aux conditions climatiques difficiles, la facilité de désaisonnement et ses qualités maternelles et laitières : la brebis vêle très tôt et son agneau offre une croissance remarquable et une conformation intéressante. La brebis a une tête forte, un front bombé, une arcade orbitaire effacée, un nez et des lèvres épaisses; les béliers sont ou non pourvus de cornes enroulées en spirale moyennement serrée. Actuellement la race est valorisée de deux façons : soit les agneaux sont engraissés en bergerie et bien valorisés auprès de groupements de producteurs ou en vente de reproducteurs ; soit, en Rhône-Alpes notamment, le produit fini est en général de l’agneau d’herbe que l’on propose quasiment toute l’année à des particuliers via un circuit de vente directe en valorisant plusieurs qualités : la capacité « d’accordéon » de l’agneau qui est capable de se re-développer après des périodes de pénurie, mais aussi le fait que l’agneau ne « graisse » jamais, même en période d’abondance.
L'agneau est notamment valorisé via le label rouge agneau de Sisteron.

La race Mérinos Précoce a failli disparaître complètement de l'Hexagone lors des chutes des cours de la laine à la fin du XIXème siècle. Aujourd'hui le mouton est principalement élevé pour sa viande en Europe. Le déclin de la race s’amorce dès le début des années 1930 : il voit d’abord sa suprématie supplantée par des races plus prolifiques. Puis après la seconde guerre mondiale, avec la spécialisation de l’agriculture, toutes les exploitations de son berceau se tournent vers la production céréalière exclusive. La baisse des effectifs est alors drastique. En 1998, il ne restait plus qu’un éleveur connu en France. Puis en 2005 l’Institut de l’Elevage met en place une enquête des élevages en race pure ou en croisement d’absorption. Finalement, 16 élevages sont alors recensés dont 15 possédant des femelles déclarées « de race pure » : il ne resterait que 1 600 brebis en race pure pour une cinquantaine de béliers. Historiquement, le berceau de la race se situe en Ile-de-France, en Champagne, dans le Châtillonnais et le Soissonnais. Aujourd'hui, plus de 60 % des élevages sont basés dans la région Rhône-Alpes, les autres étant assez dispersés dans le reste de la France.

Other info

Categories

Breeds and animal husbandry

Nominated by:Tiphaine Illouz