Oka Melon

Ark of taste
Back to the archive >

Melon oka

In translation, French version online

Back to the archive >
Le melon oka est une excellente variété développée au Québec par le moine agriculteur Athanase en 1912 en croisant le célèbre melon brodé de Montréal (Cucumis melo subsp. melo) et le vieux cultivar américain dit Banana.

Le melon Oka est un melon hâtif qui prend de 80 à 90 jours avant d’atteindre sa maturité, un délai qui permet sa culture dans la plupart des régions du Québec.
C’est un produit d’excellente saveur à chair épaisse, d’une belle couleur orangée et de texture ferme, pouvant atteindre 4 kg. On peut le semer en intérieur vers la fin d’avril ou en extérieur à la fin de mai lorsque les risques de gel sont passés. Il se consomme comme un melon frais, ou encore cuisiné en tartes et gelées de melon.

En 1893, quatre pères trappistes français, sous la direction de Dom Antoine Oger, s’installèrent dans la paroisse d’Oka pour créer une école d’agriculture.
L’institut agricole d’Oka, fondé et dirigé par les pères trappistes de 1893 à 1962 forma des centaines d’agronomes et se rendit célèbre pour ses recherches en agriculture.
Le domaine d’Oka s’étendit bientôt sur 1800 acres et les moines trappistes y cultivaient entre autres, 4 000 arbres fruitiers et plusieurs plantes potagères.
Le melon d’oka est une icône de l’innovation agricole issu des travaux du Monastère de la Trappe qui ont donné au Québec la plus grande diversité de races et semences agricoles adaptées au territoire et aux hivers rigoureux. C’est d’ailleurs dans les mêmes installations que fut développée la Poule Chantecler.
Comme bien d’autres plantes potagères du patrimoine végétal, les semences furent perdues. Il faut se rappeler que l’Institut agricole d’Oka ferma ses portes en 1962, après que le gouvernement du Québec ait décidé de centraliser l’enseignement de l’agronomie à l’Université Laval à Québec. Des graines furent retrouvées à Montréal, plus précisément sur l’Île Bizard.

Le Melon d’oka revêt un caractère identitaire de plusieurs communautés des Basses-Laurentides et chez les semenciers ancestraux de la province de Québec. Il n’est pas vendu commercialement. Seule quelques semenciers font vivre la variété.

Territory

StateCanada
Region

Quebec / Québec

Other info

Categories

Fruit, nuts and fruit preserves

Nominated by:Jean-François Lévêque