Gennevilliers Leek

Ark of taste
Back to the archive >

Poireau de Gennevilliers

The leek (Allium Porum) is a biennial herbaceous plant from the Allium family, probably originating in the Near East and already eaten in the Roman Empire. Nicknamed poor man’s asparagus, this vegetable is still today inseparable from the winter season. The Gennevilliers variety is an early autumnal leek (harvested from autumn to early winter) with its slender silhouette and long, rather thin bole. Its bearing is moderately elongated and its foliage is quite green. The long, white stem is about 2/3 of the entire plant. This popular white part represents the part underground that never sees the light. The Gennevilliers leek is one of the varieties of leek born in the Ile-de-France area, and its production is more autumnal that winter.

This leek variety saw the agricultural past of the town Gennevilliers whose name it bears, and there were about 400 growers and about sixty market gardeners in the 19th century Among the main town produce, there was at the time beet, wheat, oats or alfalfa as well as vines, rye and flax, so the growers sold their products essentially in the Halles market, and especially the famous Gennevilliers leek. It was used mainly in stews, but also in hot soups – most notably in the “bonne femme” or Parisian soup, a blend of leeks and potatoes. It was particularly adapted to preparing the Picardy flamische, a leek pie.

Today, one of the most important criteria for selling leeks is the width and size of its stem, creating hybrids selected for this criterion alone (without taking flavour into account), varieties like “Longton” or “Vitaton”. There are not many market farmers who still grow them. One of them, Laurent Berrurier, tells us he grows on average one ton and a half per year.

Back to the archive >
Le poireau (Allium Porum) est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Alliacées probablement originaire du Proche-Orient et déjà consommée sous l’Empire romain. Surnommé l’asperge du pauvre, ce légume est, aujourd’hui encore, indissociable de la saison hivernale. La variété de Gennevilliers est un poireau d’automne hâtif (il se cueille de l’automne au tout début d’hiver) à la silhouette longiligne et au fût long plutôt étroit. Son port est à demi-dressé et il arbore une feuillaison vert franc. Le fût blanc, long, représente environ les 2/3 de la totalité. Cette partie blanche, prisée, correspond à la partie du légume enterrée qui n’a pas bénéficié de la lumière. Le poireau de Gennevilliers est l’une des variétés de poireaux nées dans la région Ile-de-France, dont la production est plus automnale qu’hivernale.

Cette variété de poireau témoigne du passé agricole de la ville de Gennevilliers dont elle porte le nom, et qui comptait 400 cultivateurs et une soixantaine de maraîchers au XIXème siècle. Parmi les cultures principales de la ville, on comptait alors la betterave, le blé, l’avoine ou la luzerne ainsi que la vigne, le seigle et le lin, tandis que les maraîchers vendaient essentiellement leurs productions sur le carreau des Halles, et notamment le fameux poireau de Gennevilliers. Il servait particulièrement au pot-au-feu, mais aussi aux soupes chaudes – notamment le potage bonne-femme ou potage parisien, un mélange de poireaux et de pommes de terre. Il était également particulièrement adapté à la préparation de la flamiche picarde, une tourte de poireaux.

Aujourd’hui, l’un des critères de vente les plus importants pour le poireau est la grandeur et la largeur du fût ce qui a donné naissance à des variétés hybrides sélectionnées uniquement sur ce critère (sans tenir compte du goût) comme les variétés “Longton” ou “Vitaton”. Les maraichers qui la cultivent encore sont peu nombreux. L’un d’eux, Laurent Berrurier, nous a dit en produire environ une tonne et demi par année.

Territory

StateFrance
Region

Ile de France