Bondola Grape

Ark of taste
Back to the archive >

Cépage Bondola

Bondola is an indigenous red grape that is almost unknown outside of Canton of Ticino, in Switzerland. The main vine growing area is the Sopraceneri’s area at the moment, with a more fragmented presence in Sottoceneri. This variety was mentioned for the first time in 1785, but it was actually grown in a much older time. The first official records describing Bondola as a traditional Sopraceneri’s grape variety date back to the 19th century, and it accounted for 50% of the locally-grown grape in 1950.
Grapes have a very thin peel, and are extremely vulnerable to fungal diseases and grey moulds when they ripen up, and are also affected by bad weather. As a consequence, it is not always easy to have a good harvest. This vine is mostly planted on terraced hill slopes, along the river Ticino, for instance. The wine that is made with it, is fruity, fresh, simple and peculiar, made stronger by rough tannins and a high acid content, therefore it is suitable for aging.
A well-known and appreciated wine for very long, Bondola has nearly disappeared today and the reason for its decline was the arrival of Merlot grape, a better variety to make quality wines, even though some families still grow Bondola privately. For instance, one of the few remaining growers remembers that his farmer parents used to grow the “local grape” (Bondola, in fact) in one hectare of their land. The grapes were then sold to a local cooperative, and part of them was withheld for family needs. Children used to step on grapes to press them in a vat, and this practice gave off the classic fruity aroma of this grape, an extremely important element of the local agricultural heritage.
Nowadays, according to the data provided by the Canton authorities, 26 tons of this grape are harvested every year, accounting for 20,000 bottles, at a maximum (since part of the “local grape” is used by the growers’ families).
There is a newly-found growing interest for indigenous Swiss grapes, even on behalf of the UFAG, l’Ufficio Federale dell’Agricoltura- Federal Office for Agriculture, whose agenda promotes the preservation of vegetable genetic resources. Bondola was included in the list of Swiss grapevine worthy of protection on the long run. The wine that is made with this grape variety was recognized as one of the 125 best Swiss wines in 2019. A curious detail: most of Bondola production is consumed in German-speaking Switzerland, while buyers are much rarer in the Canton of Ticino.

Back to the archive >
La Bondola est un cépage rouge rustique, peu connu au-delà du canton du Ticino en Suisse. Actuellement, la zone de production principale est le Sopraceneri avec quelques cultures également dans le Sottoceneri. Cette vigne est mentionnée pour la première fois en 1785, mais elle était cultivée depuis plus longtemps. Au XIXe siècle apparaissent les premiers rapports officiels qui décrivent la Bondola comme un cépage typique du Sopraceneri. En effet, dans les années 1950, il représentait encore 50% des vignes du Sopraceneri.

Cette vigne produit un raisin avec un peau très fine, sensible aux maladies fongiques et à la pourriture durant la maturation. Existe donc une certaine dépendant aux conditions météorologiques, et il n’est pas toujours facile d’arriver à une récolte saine. La plupart du temps, elle est plantée dans des parcelles en terrasse dans des zones de colline, près du fleuve Ticino par exemple. De ce cépage est produit un vin fruité, frais, de caractère simple et authentique, avec un tanin rustique et une acidité prononcée. Il n’est pas adapté à une longue conservation.

Pendant des années populaire, aujourd’hui la Bondola a été en grande partie éliminée et le principal motif est l’introduction du Merlot, variété plus prisée du point de vue de la qualité de son vin. Dans quelques familles, ce cépage est encore cultivé. Par exemple, un des seuls producteurs restants témoigne, par ses souvenirs d’enfance, que ses parents qui étaient agriculteurs, cultivaient un hectare de vigne et vendaient le raisin à une coopérative locale, tout en gardant une partie de la production pour la famille, qu’ils appelaient le “nostrano”. Les enfants pressaient le raisin avec leurs pieds dans la cuve et ressortait une odeur fruitée du cépage. Pour lui, ce cépage fait véritablement partie du patrimoine.

Actuellement, d’après le canton, la récolte moyenne est de 26 000 kg à l’année. Les bouteilles sont estimées à 20 000 au maximum, en tenant compte qu’une partie de la récolte finit dans le “nostrano” c’est-à-dire pour un usage personnel dans les familles.

Différentes variétés autochtones des cépages Suisses suscitent un intérêt croissant pour notamment l’Office Fédéral de l’Agriculture (UFAG) qui, dans son programme, est en faveur à la conservation des ressources génétiques végétales. La variété Bondola a été insérée dans la liste positive des variétés de vignes qui sont considérées comme importantes à conserver à long terme pour la Suisse. La Bondola a également été ajoutée à la liste 2019 des 125 meilleurs vins suisses. Il est enfin intéressant de savoir que la Bondola est vendue en grande partie en Suisse Allemande, les ventes dans le Ticino étant très inférieures.

Territory

StateSwitzerland
Region

Tessin

Other info

Categories

Wines and grape varietals